L’aventure commence dès lors qu'on accepte de sortir de sa zone de confort...

Le lac Tekapo en Nouvelle-Zélande

Le lac Tekapo en Nouvelle-Zélande

mardi 3 novembre 2015

Cuba

  • Mes impressions de voyage
  • Mes plus jolies photos de Cuba
  • Mes petites vidéos de Cuba
  • Mes impressions de voyage
     
    Mon parcours dans ce pays
    Après avoir traversé la Russie, exploré l’Asie et l’Inde, parcouru la Nouvelle-Zélande, les USA, le Canada et le centre du Mexique, j’ai parcouru la partie orientale de Cuba (la moins touristique) durant 17 jours. En effet j’avais déjà visité il y a une dizaine d’années l’autre partie de l’île.
    Mes étapes ont été les suivantes :
    - La Havane (la capitale) : au niveau architectural, la rénovation du fameux Malecon (boulevard de bord de mer) est un désastre : 10 ans après ma première visite, le charme de l'ancien a complètement disparu...
    - Holguín : ville agréable, avec un centre très animé et de bons groupes de musiciens à la Casa de la Trova
    - Gibara : gros village de bord de mer situé à 35 km d’Holguin ; on peut y dormir mais j’ai décidé d’y aller seulement pour la journée et de rentrer le soir à Holguin ; endroit calme, coloré et sympathique.
    - Santiago de Cuba : deuxième plus grande ville du pays, dotée d’une belle architecture coloniale, cette capitale de la musique traditionnelle « Son » (Buena Vista Social Club, Compay Segundo, Elíades Ochoa…) m’a cependant bien déçu par le peu de groupes de musiciens présents dans les bars et dans les salles de spectacle.
    - Baracoa : charmante petite ville de bord de mer située à l’extrémité est de l’île, proche de la tristement célèbre Guantanamo (prison américaine en territoire cubain), renommée pour son chocolat et pour les jolies petites montagnes qui l’entourent (de jolies randonnées à faire)
    - Guardalavaca : ce gros village très touristique de bord de mer abrite l’une des plus belles plages du pays ; j’y ai fait un peu de planche à voile mais j’ai renoncé à faire de la plongée en voyant des photos peu engageantes du corail local.
    - Camaguey : troisième plus grande ville du pays, dotée d’une belle architecture coloniale, c’est une étape pratique et agréable car cette ville est située presque à mi-distance entre La Havane et Santiago de Cuba.
    - La Havane à nouveau, pour prendre mon avion pour Cancun (Mexique).

    J'ai mis à jour mon itinéraire sur ma Google Maps qui permet de voir le détail des étapes de mon tour du monde : cliquer sur + et - pour ajuster le zoom, et cliquer sur chaque point pour afficher le nom du lieu.



    Quand j'y suis allé
    J’ai séjourné à Cuba du 4 au 21 octobre 2015, donc en basse saison touristique (risques de pluies et d’ouragans). J’ai donc pu négocier le prix de mes hébergements chez l’habitant (15 dollars en moyenne, au lieu de 20 à 25, sans le petit déjeuner qui coûtait de 3 à 5 dollars selon ce qu'on souhaitait prendre).

    La météo que j'ai eu
    Assez bonne dans l’ensemble, un temps estival très ensoleillé et très chaud (parfois le thermomètre atteignait les 33 à 35 degrés) mais avec quand même quelques épisodes pluvieux. A Cuba la chaleur est très humide, donc on transpire beaucoup.


    Mes coups de coeur
    Lors de ce séjour cubain, j’ai bien aimé Gibara et surtout Baracoa, deux endroits à taille humaine où la vie s’écoule paisiblement et où on se sent vraiment en vacances.


    Ce que j'ai moins aimé
    De tous les pays que j'ai visités c'est celui où les rapports avec les habitants sont le plus pervertis par l'argent. Si on ne fait pas attention (négocier ferme les prix des taxis et des hébergements, manger dans les petits restos non touristiques où on paie en pesos cubanos (et non en CUC, la monnaie pour les touristes indexée sur le dollar), emprunter les mêmes transports que les locaux quand c'est possible...) on se fait vraiment avoir (pour être poli…) tous les jours avec des tarifs bien supérieurs à ceux qu'on trouve au Mexique, alors que le niveau économique de Cuba est très inférieur à celui du Mexique. Ici plus qu'ailleurs le touriste est une vache à lait qu'on plume (si je puis dire...) sans vergogne. Au niveau musical et de la danse, déception aussi, pas aussi chouette que ce que j'espérais.

    Alors, elles sont comment les femmes cubaines ?... et les hommes cubains ?...
    Les femmes cubaines sont certainement les femmes les plus sexy du monde. Elles ont un potentiel de séduction vraiment redoutable. Plaisir des yeux, donc. Car pour le reste, il faut savoir que beaucoup de cubaines sont des "jinetera" = des cavalières, mot pudique pour désigner une prostituée de métier ou occasionnelle (n’oublions pas que Cuba est un pays du tiers monde, où un employé de musée gagne l’équivalent de 11 à 15 dollars… par mois !!!). Au niveau des femmes, Cuba ressemble beaucoup à la Thaïlande... Avis aux amateurs d’amour tarifé...
    Les hommes cubains sont très beaux physiquement et plaisent beaucoup aux femmes touristes occidentales (j’ai vu plusieurs couples mixtes durant mon séjour), encore plus lorsqu’ils dansent parfaitement la salsa (ce qui est très courant)… Au niveau du comportement, ce sont les hommes les plus machos que j’aie jamais vus, par exemple ici c’est très courant qu’un homme siffle une jolie fille dans la rue et lui lance lourdement quelques compliments (apparemment c’est une sorte de jeu, mais je ne suis pas certain que ce jeu plaise aux femmes cubaines). Se retourner dans la rue pour admirer le postérieur d’une femme est également une chose complètement naturelle ici...

    Ce que j'ai mangé
    A part quelques délicieuses langoustes grillées et de bonnes mangues, la nourriture cubaine ne m’a pas vraiment emballé. A noter que bien souvent on mange mieux dans les « casa particular » (hébergement chez l’habitant de type bed and breakfast) que dans les restaurants.

    Ce que je n'ai pas eu le temps de faire
    Si j’avais eu plus de temps, j’aurais fait un peu de plongée car Cuba possède quelques spots de plongée de renommée internationale. J’aurais également pu prendre davantage de cours de salsa (3 heures de cours particuliers à Holguin, ce qui est insuffisant pour savoir danser). Il y a aussi quelques belles randonnées en moyenne montagne que je n’ai pas eu le temps de faire (du côté de Bayamo et de Baracoa). Mais comme je ne me suis pas senti très bien dans ce pays, je n’ai pas vraiment de regrets et ces quelques choses que je n’ai pas eu le temps de faire ne constituent pas une motivation suffisante pour me faire revenir une troisième fois à Cuba. Cuba, pour moi c’est fini.

    Mes conseils aux voyageurs qui souhaitent se rendre dans ce pays
    Cuba est un pays facile à visiter en mode sac à dos et où on se sent en grande sécurité (il faut dire que les sanctions sont très lourdes pour les cubains qui s’en prennent aux touristes). Par contre les transports (la compagnie de bus Viazul, que les touristes sont obligés d’utiliser pour les longs trajets) et les hébergements (casa particulares et hôtels) sont chers si on les compare au bas niveau de développement économique du pays. C’est un peu comme en Birmanie (une autre dictature communiste, tiens tiens…) : dans ces deux pays l’Etat taxe très fortement les hébergements touristiques, ce qui pousse les propriétaires à pratiquer des prix élevés. A noter qu’il n’existe pas d’auberges de jeunesse (sauf à La Havane) et que le couchsurfing ne se pratique pas (sauf quelques cas isolés à La Havane).
    On peut malgré tout faire quelques économies en utilisant pour les courtes et moyennes distances les bus pour les cubains et en mangeant dans des restaurants pour les cubains (dans ces deux cas de figure on paie en « moneda nacional » c’est-à-dire en pesos cubanos, et non en pesos convertibles (CUC), la monnaie des touristes). Il est donc conseillé de changer dans une banque quelques pesos convertibles (CUC) contre des pesos cubanos (1 CUC = 24 ou 25 pesos cubanos) afin d’avoir toujours sur soi des pesos cubanos (prévoir 2 porte-monnaie afin de ne pas se mélanger les pinceaux entre les deux monnaies).
    Pour téléphoner, c’est la ruine si on achète une carte SIM cubaine prépayée. A Cuba le téléphone portable est clairement un produit de luxe que la plupart des habitants ne peuvent s’offrir (ou alors ils achètent un téléphone bas de gamme mais sans crédit, juste pour pouvoir recevoir des appels).
    Pour surfer sur internet, il faut acheter des cartes WI-FI avec un code à gratter qu’on utilise dans certains lieux publics (en général : les principales places de chaque ville) : lors de mon voyage, une carte d’une heure coûtait 2 CUC (2 dollars), sachant qu’avant juillet 2015 c’était le double. Certains hôtels de luxe proposent également une connexion internet, mais c’est nettement plus cher.

    Le mot de la fin…
    Mon impression générale est contrastée mais globalement ce second voyage à Cuba a été une déception par rapport à mes attentes. Donc je ne reviendrai pas à Cuba, sachant qu’avec l'ouverture prochaine aux touristes US ça ne va pas arranger les choses concernant le rapport à l’argent et les prix « spécial touristes »... En conséquence, me concernant c’est « Adios Cuba ! ». Cependant je ne dis pas qu’il ne faut pas aller à Cuba (car il y a des choses magnifiques à y voir, surtout dans la partie la plus touristique de l’île). Je dis juste « allez-y, profitez-en, mais soyez conscients qu’on vous regardera davantage comme un portefeuille bien garni d’euros ou de dollars que comme un être humain. »


    Pour suivre l'actualité de Cuba
    Yahoo actualités
    Le Monde



    Quelques sites web ou blogs utiles
    http://cafeduvoyage.com/ile-de-cuba-authentique-arnaque
    http://www.routard.com/guide/cuba/
    http://www.lonelyplanet.fr/destinations/amerique/cuba/
    http://www.cubanizao.fr/
    http://oiseaurose.com/2014/11/14/caya-coco-ou-la-havane-top-cuba/


    Mes plus jolies photos de Cuba
    (cliquer sur l’image pour accéder aux photos, puis cliquer sur une photo pour l'agrandir et pour lire la légende)




    Mes petites vidéos de Cuba
    (cliquer dans le carré en bas à droite pour afficher la vidéo en plein écran)



    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire